Profit sur Ordonnance, de Lindsay Barralon

couverture Profit sur Ordonnance

caractéristiques techniques : format 14,8 x 21 cm, 76 pages

prix de vente : 13 euros

ISBN 978-2-9566386-0-5

Profit sur ordonnance a l’apparence d’une fiction d’anticipation angoissante. La trame se noue autour des enjeux de la commercialisation d’un antidépresseur dangereux, le Bienet’Mor, évalué pour ses effets indésirables par le comité de vigilance européen. En toile de fond, patients et professionnels de santé confrontent leurs inquiétudes du quotidien, dans un système médical qui les dépasse, les déshumanise et les broie. L’un d’eux, un neurochirurgien en plein doute sur la médecine actuelle, va se heurter aux machinations

d’une firme pharmaceutique.

En exposant un monde médical incontrôlé et dangereux, l’œuvre est inspirée de données réelles, à une époque où la maladie et le mal de vivre sont désormais un marché comme un autre, et où l’on assiste aux phénomènes de « sur-médicalisation», de « sur-diagnostic », de « sur-prescription », jusqu’à celui de « fabrication de maladies ».

Avec un vrai sens de la répartie, dans un style efficace et incisif, souvent caustique et jamais moralisateur, Lindsay  Barralon questionne ce système dans lequel l’industrie pharmaceutique exerce sur les individus un lobbying puissant et efficace.

Lindsay Barralon est metteuse en scène et comédienne de la Compagnie lyonnaise "Mange et Tais-toi". Profit sur ordonnance est sa première pièce ; elle a été sélectionnée dans le cadre d’un appel à auteur (Pièces en construction, Théâtre le Fou) en 2017, et jouée depuis dans les théâtres de Lyon.

LA COMMUNE, de Louise Michel

couverture LA COMMUNE.jpg

Caractéristiques techniques :

14,8x21 cm, 364 pages, nombreuses ill. noir et blanc

prix de vente : 18,50 euros

ISBN 978-2-9566386-1-2

Mars 1871 : les soldats de la garde nationale s’emparent de l’artillerie de Montmartre. Des élections sont organisées, la Commune de Paris est proclamée.

« La proclamation de la Commune fut splendide ; ce n’était pas la fête du pouvoir, mais la pompe du sacrifice : on sentait les élus prêts pour la mort. (...)

Un océan humain sous les armes, les baïonnettes pressées comme les épis d’un champ, les cuivres déchirant l’air, les tambours battant sourdement et entre tous l’inimitable frappement des deux grands tambours de Montmartre. (...)

Le grondement lourd des canons, à intervalles réguliers, saluait la révolution. »

Témoin direct des événements, combattant sur les barricades, puis condamnée par la répression qui suivit la défaite, Louise Michel livre de l’Année terrible un récit puissant et chargé d’émotion, dans une écriture à la fois vibrante et énergique. 

 

Institutrice, militante anarchiste, féministe, Louise Michel (1830-1905) est aussi écrivain et poétesse. C’est elle qui popularise le drapeau noir au sein du courant anarchiste.

Cette nouvelle édition, annotée, est accompagnée d'un cahier d'illustrations noir et blanc de 30 pages.

suivez-nous sur

  • Facebook Classic